De la phénoménologie considérée comme un métier

Carlos Lobo, soutenance HDR le mardi 31 mai 2022

 

Carlos Lobo

membre associé de l’UMR 7304 Centre Gilles Gaston Granger, Aix-en-Provence
correspondant HDR : Mark van Atten (DR, Archives Husserl)

Titre de l’HDR : De la phénoménologie considérée comme un métier

La soutenance HDR aura lieu le mardi 31 mai 2022 à 14h, en salle Pasteur (pavillon Pasteur, ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris)

La soutenance a lieu en présentiel, mais peut être suivie par zoom, après inscription à https://cnrs.zoom.us/meeting/register/tJYoduuqqjorGtP2QU3MGqTaQqwyKWLmlxf

Composition du jury :

Jean-Marc CHOUVEL (Sorbonne Université), rapporteur

Dermot MORAN (Boston College, États-Unis), rapporteur

Vincent GÉRARD (Université Clermont Auvergne)

Élisabeth RIGAL (Université de Toulouse)

Mark VAN ATTEN (DR, Archives Husserl), correspondant HDR

Autre rapporteur :

Gabriella CROCCO (Université d’Aix-Marseille)

 

Contact

 

Résumé

Après une présentation des raisons qui m’ont conduit à adopter la phénoménologie husserlienne, comme modèle d’une nouvelle pratique philosophique, incité à prendre en compte l’activité de la subjectivité comme subjectivité à l’œuvre, le mémoire de synthèse expose les séries de travaux relevant de la perspective de la phénoménologie transcendantale, en tant qu’approche eidétique et réflexive. Ces travaux s’inscrivent dans un programme de réactualisation de la phénoménologie tous azimuts. Réactivation de sa méthode et prise en compte de son champ propre comme domaine d’investigation autonome, avec une attention particulière aux dimensions « techniques » de cette recherche : écriture, diagrammes, modélisations, symbolisation, formalisation, etc. Réhabilitation des réflexions éthiques et esthétiques à l’encontre d’un lieu commun qui voudrait que l’apport de la phénoménologie transcendantale soit en la matière nul ou stérile ; quelques études de cas permettent d’établir sa fécondité en esthétique, dont une étude sur le maniérisme pictural et la composition musicale chez Emmanuel Nunes. Arpentage du champ de l’épistémologie contemporaine et repérage des manières dont la phénoménologie husserlienne y a opéré comme instance critique (Weyl, Bachelard, Piaget, Rota, Vuillemin, Granger, Gil, Gilles Châtelet, R. Thom, Desanti, François Châtelet, J. Merleau-Ponty, etc.) et établissement de son actualité épistémologique pour les théories scientifiques contemporaines (théorie de la relativité, mécanique quantique, cosmologies relativistes, morphologies formelles, approches structurales en sciences sociales, etc.). Grâce à la prise en compte de la place des modalités (ontiques, aléthiques, temporelles, déontiques, axiologiques) dans le projet husserlien de réforme de la logique, plusieurs études cherchent à établir la pertinence et l’originalité des propositions husserliennes pour les débats contemporains et à en cerner le profil. Un troisième volet expose mon programme de recherches pour les années à venir :

1. Analytique des structures de la conscience et des formes de l’intentionnalité affective et sa portée pour une épistémologie critique des théories psychanalytiques.

2. Phénoménologie et morphologie formelle du vivant et la question critique de la mathématisation dans les sciences du vivant.

3. Phénoménologie de l’analogie au sein des sciences mathématisées et des mathématiques, avec une attention plus particulières aux mathématiques de la deuxième moitié du XXe siècle (« cryptomorphismes » de l’algèbre supérieure développée à partir de Birkhoff par Rota, théorie des catégories, conjecture de Weil, théorie des topos chez et dans le sillage de Grothendieck).