École normale supérieure
> Activités > Séminaires > Transferts culturels > 2012-2013 > 31 mai-Alexander et Wilhelm von Humboldt

31 mai-Alexander et Wilhelm von Humboldt

Séminaire "Transferts culturels"

Programme complet en PDF, cliquez ici

Le séminaire s’efforce de suivre l’évolution des recherches sur les transferts culturels, notamment mais pas exclusivement ceux qui impliquent l’espace germanophone. Cette année seront abordés à partir d’exemples transnationaux des domaines ressortissant à l’histoire des sciences humaines : sciences de l’Antiquité, histoire des traductions, histoire de la musique et de l’enseignement philosophique, histoire transnationale du livre, de l’archéologie, de l’art, de la science des religions. Nous traiterons des cas de figures germano-russes, germano-grecs, germano-turcs, ou encore franco-germano-belges, dans une tentative de préciser les contours d’une historiographie culturelle transnationale.
Les séances ont lieu le vendredi matin de 9h30 à 12h30 à l’Ecole normale supérieure (29 et 45 rue d’Ulm ; attention ! la salle varie selon les séances, voir programme ci-dessous).
Le séminaire est ouvert à tous les étudiants, chercheurs et enseignants-chercheurs intéressés. Il valide 3 ECTS du Département d’histoire de l’ENS.
Contact : UMR 8547 Pays germaniques-Transferts culturels
michel.espagne@ens.fr, pascale.rabault@ens.fr, anne-marie.thiesse@ens.fr

31 mai 2013 – Alexander et Wilhelm von Humboldt

Salle Paul Langevin, 29 rue d’Ulm

Sandrine Maufroy (Paris IV) : Wilhelm von Humboldt et les linguistes néerlandais

Pour rendre compte de la formation, de la teneur et des prolongements de la pensée linguistique de Wilhelm von Humboldt, il est nécessaire de porter son regard au-delà des frontières de l’Allemagne. C’est ainsi que l’on a âprement débattu de la manière dont la philosophie du langage des Idéologues français avaient nourri sa pensée et suivi les voies de la réception de Humboldt chez les formalistes russes. Mais d’autres apports et d’autres échos n’ont fait l’objet jusqu’à aujourd’hui que d’une attention marginale. Il en est ainsi des rapports entre Wilhelm von Humboldt et les philologues et linguistes néerlandais. Pourtant, Humboldt a puisé à des sources néerlandaises pour concevoir sa grande œuvre sur le kavi, et des travaux récents ont suggéré des affinités, voire une filiation, entre les conceptions de la Schola Hemsterhusiana et celles de Humboldt, notamment dans l’usage des notions d’« analogie » et de « forme interne ». Il s’agira donc ici de poser la double question d’une étape néerlandaise dans la pensée linguistique de Wilhelm von Humboldt et d’une étape humboldtienne dans le développement de la linguistique aux Pays-Bas.

Pascale Rabault-Feuerhahn (CNRS-ENS) : Les freres Humboldt en Allemagne. Enjeux intellectuels et politiques d’une « panthéonisation ».

Le futur « Humboldt Forum », centre culturel destiné à occuper le cœur du « château » de Berlin quand celui-ci aura été reconstruit, ou encore la célèbre Université Humboldt de Berlin et qui vient de fêter son bicentenaire, ces lieux suffisent à montrer combien les frères Humboldt sont plus que jamais les symboles du prestige scientifique de Berlin, et plus largement, de l’Allemagne. Cet exposé retracera les raisons de cette identification de deux intellectuels et hommes d’Etat à une institution universitaire (« la Humboldt »), une ville (Berlin), une région (la Prusse) et peut-être même un pays (l’Allemagne). Il s’agira de revenir sur les différentes périodes de la réception des frères Humboldt en prenant en considération les changements aussi bien du contexte socio-politique que de la politique scientifique depuis le XIXe siècle. En confrontant les thèses d’historiens tels que Sylvia Palatschek et Rüdiger vom Bruch, l’exposé montrera la nécessité de différencier entre la réception de l’œuvre des deux frères, au sein de l’Allemagne d’une part, entre l’Allemagne et l’étranger d’autre part. Tentant d’aller au-delà de l’approche souvent descriptive des « lieux de mémoire », ce sera l’occasion de discuter de questions telles que : le choix de figures tutélaires, la notion d’héritage intellectuel, les processus de consécration et leur fonction dans l’affirmation d’identités intellectuelles et nationales.
 

  |   Contacts & Plans  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Suivre la vie du site RSS