École normale supérieure
> Activités > Séminaires > Transferts culturels > 2012-2013 > 22 mars-Romans historiques et inventions de nations

22 mars-Romans historiques et inventions de nations

Séminaire "Transferts culturels"

Programme complet en PDF, cliquez ici

Le séminaire s’efforce de suivre l’évolution des recherches sur les transferts culturels, notamment mais pas exclusivement ceux qui impliquent l’espace germanophone. Cette année seront abordés à partir d’exemples transnationaux des domaines ressortissant à l’histoire des sciences humaines : sciences de l’Antiquité, histoire des traductions, histoire de la musique et de l’enseignement philosophique, histoire transnationale du livre, de l’archéologie, de l’art, de la science des religions. Nous traiterons des cas de figures germano-russes, germano-grecs, germano-turcs, ou encore franco-germano-belges, dans une tentative de préciser les contours d’une historiographie culturelle transnationale.
Les séances ont lieu le vendredi matin de 9h30 à 12h30 à l’Ecole normale supérieure (29 et 45 rue d’Ulm ; attention ! la salle varie selon les séances, voir programme ci-dessous).

Le séminaire est ouvert à tous les étudiants, chercheurs et enseignants-chercheurs intéressés. Il valide 3 ECTS du Département d’histoire de l’ENS.
Contact : UMR 8547 Pays germaniques-Transferts culturels
michel.espagne@ens.fr, pascale.rabault@ens.fr, anne-marie.thiesse@ens.fr

22 mars 2013 – Romans historiques et inventions de nations

salle Info 2, immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm

Ann Rigney (Utrecht University) : Ivanhoë, immigré aux Etats Unis


D’après une déclaration fameuse de Mark Twain, le roman Ivanhoe (1819) de Walter Scott, traitant du Moyen Age en Angleterre, aurait « causé » la guerre civile américaine. Ma présentation vise d’une part à expliquer le rôle d’Ivanhoe dans la formation d’une identité collective dans les Etats Confédérés avant et après la guerre ; d’autre part à réfléchir d’une façon plus générale au rôle de la littérature dans les transferts culturels.

Hélène Goujat (Université d’Angers) : José Rizal le Tagal et Ferdinand Blumentritt le Bohémien : représentations croisées et influences mutuelles

De la rencontre, en mai 1887, entre Rizal, qui venait de publier le roman qui le rendit célèbre — Noli me tangere —, et Blumentritt, dont les travaux d’ethnologie sur les Philippines faisaient autorité, s’épanouit une amitié sans cesse renouvelée et nourrie par une abondante correspondance en langue allemande, à travers laquelle les deux intellectuels échangèrent savoirs et perceptions.
Les sujets essentiellement philippins ouvrirent tout naturellement la voie à des incursions dans des domaines plus larges tels que la religion, la politique, la géopolitique ou plus précisément encore le fait colonial.
L’analyse des principaux thèmes abordés dans cette précieuse somme épistolaire veut rendre compte, dans cette communication, de la singulière et fructueuse complémentarité entre deux personnalités issues d’espaces culturels que tout séparait a priori, mais qui réussirent pourtant à élaborer une réflexion riche et intellectuellement mûrie.
 

  |   Contacts & Plans  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Suivre la vie du site RSS