École normale supérieure
> Activités > Séminaires > Transferts culturels > 2012-2013 > 22 février-Traductions et transferts culturels

22 février-Traductions et transferts culturels

Séminaire "Transferts culturels"

Programme complet en PDF, cliquez ici

Le séminaire s’efforce de suivre l’évolution des recherches sur les transferts culturels, notamment mais pas exclusivement ceux qui impliquent l’espace germanophone. Cette année seront abordés à partir d’exemples transnationaux des domaines ressortissant à l’histoire des sciences humaines : sciences de l’Antiquité, histoire des traductions, histoire de la musique et de l’enseignement philosophique, histoire transnationale du livre, de l’archéologie, de l’art, de la science des religions. Nous traiterons des cas de figures germano-russes, germano-grecs, germano-turcs, ou encore franco-germano-belges, dans une tentative de préciser les contours d’une historiographie culturelle transnationale.
Les séances ont lieu le vendredi matin de 9h30 à 12h30 à l’Ecole normale supérieure (29 et 45 rue d’Ulm ; attention ! la salle varie selon les séances, voir programme ci-dessous).
Le séminaire est ouvert à tous les étudiants, chercheurs et enseignants-chercheurs intéressés. Il valide 3 ECTS du Département d’histoire de l’ENS.
Contact : UMR 8547 Pays germaniques-Transferts culturels
michel.espagne@ens.fr, pascale.rabault@ens.fr, anne-marie.thiesse@ens.fr

22 février – Traductions et transferts culturels : France-Allemagne-Belgique

salle Paul Langevin, 29 rue d’Ulm

Hans-jürgen Lüsebrink (Saarbrücken) : Transferts culturels et traductions en temps de guerre – Configurations théoriques et études de cas, France/Allemagne 1792-1981

Cet exposé présentera dans un premier temps différentes réflexions théoriques sur la question de l’interculturalité en temps de guerre. La deuxième partie sera consacrée à des études de cas illustrant la relation entre transferts culturels et traduction dans le contexte de la Révolution française et des guerres napoléoniennes (E.-M. Arndt), de la guerre de 1870-71 (Theodor Fontane) et de la première guerre mondiale (Romain Rolland, ainsi que le cas des périodiques et des almanachs).

Hubert Roland (Louvain) : La Belgique intellectuelle, « agent de transformation » entre la France etl’Allemagne

Depuis la fondation de l’Etat belge en 1830, et au moins jusqu’en 1914,moment de la chute du modèle de construction identitaire de « l’entre-deux », la Belgique intellectuelle a revendiqué le statut « d’agent de transformation » pour désigner son rôle dans l’importation de transferts culturels vers le monde francophone. Après une présentation générale, cette hypothèse sera mise à l’épreuve, notamment sur base de la traduction de Novalis par Maurice Maeterlinck
 

  |   Contacts & Plans  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Suivre la vie du site RSS