École normale supérieure
> Recherche > Contrats ANR > Projet ANR Emphiline > Activités 2012-2013

Activités 2012-2013

ANR Emphiline-Emco

La surprise au sein de la spontanéité des émotions : un vecteur de cognition élargie

Archives-Husserl,
ENS, 45, rue d’Ulm 75005 Paris
Contact : natalie.depraz@univ-rouen.fr


Journée d’études "La surprise au risque de la sa valence émotionnelle : aspects existentiaux, éthiques et cliniques"

vendredi 21 juin - 14h-18h30

Salle R16
Rez-de-chaussée du département de chimie
Porte n° E012 (porte orange)
rue Lhomond 75005 Paris

Archives-Husserl
ENS, 45, rue d’Ulm 75005 Paris
contact : natalie.depraz@univ-rouen.fr



Françoise Dastur, « Phénoménologie de la surprise : horizon, projection et événement »

C’est autour des notions d’horizon et de projection que je voudrais reposer la question d’une possible phénoménologie de la surprise, c’est-à-dire de l’événement inattendu en faisant une large place, à côté de Husserl (protention et horizon) et de Heidegger (horizon et projection) à Maldiney (transpossibilité et transpassibilité).

Vincent Camus, « Surprise, attention et mémoire : aspects cliniques »

De nombreux travaux de neuropsychologie font état d’un impact important de l’état émotionnel sur les fonctions cognitives. En particulier, la surprise entendue comme l’exposition à un stimulus inattendu conduit à une modification temporaire des capacités attentionnelles qui conditionnent les performances de mémorisation. Ce phénomène connu sous le terme de "emotional attention blink (EAB) " permet d’explorer de manière expérimentale, le temps que le sujet met à retrouver un niveau de performance attentionnelle normale après exposition à un ou plusieurs distracteurs. Ce temps peut dépendre de la valence aversive ou hédonique du distracteur. Des travaux cliniques semblent démontrer que ce temps de normalisation des performances attentionnelles est prolongé dans certaines pathologies anxieuses. Les pathologies post-traumatiques seraient ainsi caractérisées, non plus seulement par une hypermnésie à l’œuvre dans le syndrome de répétition traumatique, mais également par une plus forte difficulté à se désengager de stimuli à valence aversive.

Danielle Cohen Levinas, « La naissance d’autrui chez Levinas : surprise, interruption ou dérangement ? »

En quoi n’est-il pas sans intérêt de s’interroger sur la manière dont chez Levinas la question d’autrui implique un horizon de sens très particulier, dans lequel l’idée même de dévoilement ne relève plus du destin de l’événement. Avant même d’élaborer une pensée de la responsabilité, de l’élection, Levinas développe une philosophie de l’identité que nous pourrions qualifier de paradoxale. A l’instar de toute confirmation et assomption de soi, cette philosophie se veut avant tout un mouvement de déposition et d’exposition, depuis lequel surgit la signification de l’un-pour-l’autre qui suppose jusqu’à « la possibilité du non sens » (Autrement qu’être) et de l’outrage.
En quoi ce « non sens » permet-il de penser les figures d’interruption et de dérangement chères à Levinas ? L’ouverture exposée, le psychisme qui retient l’intentionnalité, l’assignation ou la persécution qui n’appartiennent plus à un horizon qui attend d’être rempli par un évènement peuvent-il se lire et s’interpréter comme « surprise », voire comme mauvaise ou bonne surprise.

Philippe Cabestan, « Surprise et magie de la surprise. Essai d’interprétation phénoménologique »

Comme l’indique le titre de cette intervention, nous nous proposons d’aborder la surprise d’un point de vue phénoménologique, en privilégiant donc la manière dont elle se donne à la conscience. Dans un premier temps, nous nous interrogerons sur les conditions d’une description rigoureuse de la surprise et, en particulier, sur les limites de la réflexion psychologique ou introspection. Nous rappellerons, dans un deuxième temps, la conception sartrienne de l’émotion, exposée dans L’Esquisse d’une théorie d’une émotion, selon laquelle l’émotion ressortit à une conscience dite magique. Enfin, dans un troisième temps, nous tenterons d’évaluer la pertinence de cette conception en examinant s’il est possible ou non de l’étendre à la surprise.

Cette séance sera précédée d’un séminaire fermé de 10h30 à 12h30

Programme :

10h30-11h30 : Thomas Desmidt et Bruno Brizard

-Retour les premières inclusions de patientes au CHU à Tours

11h-30-12h30 : Natalie Depraz

-Présentation des entretiens d’explicitation réalisées avec deux patientes dépressives

 

 

Programme de l’année

Vendredi 9 novembre

Journée de travail (10h-17h) Université de Paris-Diderot.

Vendredi 14 décembre

Journée de travail : La surprise - Premiers résultats et états des lieux expérientiels, expérimentaux et conceptuels
contacts  : natalie.depraz@univ-rouen.fr pour les Archives-Husserl, agnes.celle@univ-paris-diderot.fr pour l’Université Paris-Diderot, thomas.desmidt@gmail.com pour l’Inserm à Tours

Vendredi 18 janvier

Journée de travail (10h-17h) Inserm, CHU de Tours.

9h00 - 12h00 - Y-a-t-il une surprise possible sans protention : critique de Gallagher, à partir d’un extrait de "How the body shapes the mind".

13h30 - 14h30 - dernières mises au point du protocole en psychophysiologie avant mise en place (présentation par Katia Chene, ARC CIC-IT)

14h30 - 16h00 - discussion autour de l’élaboration d’une ébauche d’un modèle des émotions centré sur la surprise

Vendredi 15 février

Christian Plantin, (Ancien Directeur de recherche au CNRS, Professeur émérite à l’Université Lyon 2) :
L’émotion comme activité interactionnelle, Construire/justifier, signifier, gérer les émotions

► Article de Christian Plantin

Jeudi 21 et vendredi 22 mars

Colloque « La surprise à la croisée de la phénoménologie, de la psychiatrie et de la pragmatique », Université de Rouen.

 

► Programme

► Résumés des interventions

► Voir ou revoir la vidéo

 

 

 

 

Vendredi 12 avril

Conférence de Maël Lemoine (Université de Tours, Faculté de Médecine)

« Qu’y a-t-il sous l’appellation d’anhédonie ? Wanting, Liking, Learning et surprise dans la réaction de plaisir à la récompense »

Archives-Husserl - ENS
45, rue d’Ulm
75005 Paris 

Vendredi 24 mai

La surprise au sein de la spontanéité des émotions : un vecteur de cognition élargie

(Archives-Husserl, ENS/CNRS)

Jocelyn Benoist (Université Paris 1)

La notion de surprise perceptuelle La surprise semble constituer une dimension intrinsèque de la perception : celle-ci peut essentiellement déjouer nos attentes. En même temps, raisonner ainsi, c’est précisément placer la perception sous le régime de l’attente, et semble-t-il de l’attente déterminée. La notion de surprise perceptuelle peut-elle avoir un sens indépendamment d’une telle représentation ? On essaiera de distinguer différentes valeurs de ce concept et, par là-même, de la notion de surprise en général, et on tirera les conséquences de cette discussion eu égard au caractère "intentionnel" ou non de la perception.

Vendredi 21 juin

Journée d’études (10h-17h), Archives-Husserl

Fin septembre 2013

Colloque international, Université de Carbondale, Illinois, A. Steinbock

 

 
  |   Contacts & Plans  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Suivre la vie du site RSS