École normale supérieure
> Activités > Colloques > Archives Husserl > 2011-2012 > La surprise : passion, sentiment, émotion Textes classiques, approche (...)

La surprise : passion, sentiment, émotion Textes classiques, approche phénoménologique, analyse sémantique

Journée d’études dans le cadre du projet ANR Emphiline

Vendredi 8 juin - 14h-17h

ENS, 29 rue d’Ulm 75005 Paris

Salle Paul Langevin

contact : natalie.depraz@univ-rouen.fr

Le but de cette rencontre entre philosophes (N. Depraz, E. de Saint Aubert), linguistes (A. Celle, P. Goutéraux, E. Baumer, L. Lansari, J. Leoué) et neurophysiologues (T. Desmidt, V. Camus) consistera à formuler des hypothèses de travail sur la base de la lecture d’un premier corpus de textes classiques (Descartes, Smith, Diderot), puis d’un ensemble d’extraits issus du courant phénoménologique (Husserl, Heidegger, Merleau-Ponty, Levinas).
Les deux corpus seront distribués au moment même et feront l’objet d’une présentation par les philosophes, ce qui permettra de commencer à jeter des ponts avec certains éléments propres aux analyses physiologiques et linguistiques de la surprise.
Quelques questions directrices peuvent déjà être mentionnées à titre d’horizon général : quelle est la place occupée par la surprise par rapport aux autres « passions » ou « sentiments » ? Comment peut-on décrire le temps de la surprise ? Comment auteurs classiques et phénoménologues impliquent-ils ou non le vécu corporel dans leur description ?
L’enjeu de cette présentation consistera à mettre à jour les termes, les catégories, mais aussi les traits et les sous-catégories qui alimentent certaines descriptions philosophiques de la surprise, pour vérifier dans quelle mesure ils peuvent enrichir (différencier, transformer, ou bien confirmer, consolider) les analyses empiriques.
Puis, à partir d’une analyse sémantique de différents faits de langue en français et en anglais, les linguistes inter-agiront et montreront de leur côté que la surprise influe sur la modalité dans la relation interactionnelle. L’événement contraire à l’anticipation génère trois types de schèmes, qui tous remettent en cause l’assertion à travers la négation (le déni de réalité), l’interrogation (le questionnement sur la cause) et l’injonction (stratégies d’évitement).
 

Ces travaux seront précédés dans la matinée d’un séminaire fermé toujours dans le cadre du projet ANR Emphiline

La surprise : approches linguistiques et psychologiques
 

contacts :
natalie.depraz@univ-rouen.fr pour les Archives-Husserl, agnes.celle@univ-paris-diderot.fr pour l’Université Paris-Diderot

 

  |   Contacts & Plans  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Suivre la vie du site RSS