École normale supérieure
> Activités > Séminaires > Archives Husserl > 2011-2012 > Philosophie et phénoménologie de l’animalité, Le point de vue animal

Philosophie et phénoménologie de l’animalité, Le point de vue animal

Groupe de Travail des Archives Husserl

Coordonné par Anne Le Goff et Charles Martin-Freville

Le samedi, une fois par mois, de 14h à 16h30 – sauf exception.

École Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm (Salle Celan)

 

Page de présentation du groupe de travail avec des références et des compte-rendu :

http://philosophieanimale.blogspot.com/

 

Peut-on parler d’un point de vue de l’animal ? Dans une approche épistémologique, cette idée a souvent pu paraître creuse. Certains auteurs, dans la lignée de Thomas Nagel, nient que nous puissions sortir du point de vue humain et de voir le monde à la manière d’autres animaux.
Et pourtant, ce concept pourrait bien être fructueux pour s’affranchir d’une considération uniquement objectivante de l’animal et, ainsi, penser le mode propre d’existence des animaux. C’est une voie suivie par une certaine éthologie de terrain (celle de Jane Goodall par exemple) et qui a été explorée avec succès par Uexküll et diverses éthologies d’inspiration phénoménologique. Plus récemment, Vinciane Despret nous invite à « Penser comme un rat ». Prendre en compte le point de vue de l’animal viendrait compléter le discours scientifique sur les animaux. Une phénoménologie du point de vue animal est-elle possible ?
On pourra alors s’inspirer de diverses métaphysiques du point de vue (de Leibniz à Deleuze) pour penser le rapport de l’animal au monde ou la place de l’animal dans le monde. On échappe ainsi aux impasses de la dichotomie sujet / objet ou à la limitation introduite par la distinction anthropologique. L’animal peut devenir l’objet d’un véritable discours philosophique.
Enfin, l’idée de point de vue situé s’accompagne de conséquences éthiques et politiques. Il permet de penser des relations, des responsabilités à l’égard des animaux et peut-être même des revendications de leur part.
 La notion de point de vue de l’animal pourrait donc constituer un outil d’analyse pour un discours sur les animaux, et pour différentes disciplines. Il s’agira donc d’évaluer sa signification et sa pertinence au croisement de la philosophie et de l’éthologie, mais aussi de la littérature, de l’histoire ou de l’anthropologie.

8 octobre 2011 :
Tristan Garcia (écrivain et philosophe)
« Le point de vue de Doogie. L’expérience fictionnelle de Mémoires de la Jungle. »


5 novembre 2011 (Attention, changement de salle : salle de Conférence au 46 rue d’Ulm) :
Raphaël Larrère (Agronome et sociologue) et Nicolas Delon (philosophe, Université de Picardie)
« Les animaux d’expérimentation : objets techniques, objets éthiques. »


Mardi 13 décembre 2011, 
*Attention*, la séance se tiendra exceptionnellement le *mardi 13 décembre, de 18h à 20h* au Muséum d’Histoire Naturelle, petit amphithéâtre d’entomologie, 43 rue Buffon (métro : gare d’Austerlitz (ligne 5 et 10, RER C) ; Censier- Daubenton (ligne 7)).
Tetsuro Matsuzawa (primatologue, Université de Kyoto) et Dominique Lestel (philosophe, ENS, Archives Husserl)
"What is uniquely human ? An answer from studies of chimpanzees."

Le professeur Matsuzawa a, depuis de nombreuses années, étudié l’intelligence des chimpanzés en laboratoire et sur le terrain.
Après avoir porté sur les compétences linguistiques des chimpanzés et leur possession des concepts de nombre, ses recherches se concentrent actuellement sur la transmission de la connaissance, des compétences et des valeurs entre générations. Parmi ses nombreuses publications, on citera Primate origins of human cognition and behavior (2001), Cognitive development in chimpanzees (2006), The mind of the chimpanzee (2010), Chimpanzees of Bossou and Nimba (2011).
Le philosophe *Dominique Lestel* (ENS, Archives Husserl) sera discutant.
L’exposé sera en anglais.

21 janvier 2012 :
Catherine Larrère (philosophe, Université Paris 1) et Dalila Bovet (éthologue, Université Paris X)
Le point de vue des perroquets : leur prêtons-nous une psychologie minimale ?

25 février 2012 :
Julien Farges (philosophe, Archives Husserl)
« Le monde de la vie est-il un monde anthropologique ? Remarques sur le statut de l’animalité dans la phénoménologie husserlienne tardive. »

31 mars 2012 :
Valérie Glansdorff (philosophe, Université Libre de Bruxelles) et Charles Stépanoff (ethnologue, Ecole Pratique des Hautes Etudes)
« Une communauté mobile hommes-rennes, les Tozhu : mise en perspective d’une expérience de la relation »
Exceptionnellement en salle de philosophie, 1er étage du pavillon Pasteur


5 mai 2012 :
Eric Baratay (historien, Université Lyon 3)
« Le point de vue animal, une autre version de l’Histoire. »


2 juin 2012 :
Vinciane Despret (philosophe, Université de Liège)



Contacts : annlegoff@gmail.com ; martinfreville@yahoo.fr

 
  |   Contacts & Plans  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Suivre la vie du site RSS